Place de la mairie

Statuts, dons, livre d’or, et multiples discussions.

Quartier latin

Les idées de projets en cycle ou par discipline.

Quartier des arts et métiers

Petits outils qui peuvent aider pour la classe.

Jardin des plantes

Tous les outils d’évaluation, réalisés par nos soins.

Quartier de la république

Textes de loi, BO et documentation ministérielle.

Collisée de l’é’collège

Une belle aventure pédagogique.

Quartier des antiquaires

Toutes les archives du site.

GPS ! GPS !
Faire un don
coccinelle

6 visiteurs en ce moment

05
04
2013

À quoi servent les évals au ministère ?

De l’utilité de lire le B.O.

Dans le monde enseignant du primaire, il est très très très courant de spéculer sur l’usage (abusif ou non) fait des évaluations par le ministère. Voici un document, extrait du B.O n°14 du 4 avril 2013, indiquant les activités de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance, autrement la DEP.

NOR : MENP1300643C
circulaire n° 2013-033 du 2-4-2013
MEN - DEPP

Dans le § I - Les études et l’analyse de la performance du système éducatif, on trouve ceci :

I.3 L’acquisition des compétences et les résultats

Outre l’analyse des parcours, des niveaux de sortie et des diplômes atteints, l’évaluation des performances du système éducatif français passe par la mesure régulière des compétences acquises par les élèves.

Ok. Donc stop aux spéculations, les évaluations servent à deux choses bien différentes :
- de la pédagogie en analysant des résultats des élèves et en proposant (on l’espère) des outils pour améliorer ses résultats. C’est ce qu’on appelle la "prospective".
- des outils pour la LOLF (loi organique relative aux lois de finances) qui est comme une mini constitution financière et qui s’impose aux lois de finances. Bref, ça existe depuis 2001... et c’est mis en place dans toute la fonction publique depuis 2006. Et ça sert à quoi ? À dire que si vous avez bien remplis les critères, vous aurez des sous, et que sinon, ben vous en aurez moins ;-) C’est une logique de la performance.

Les évaluations nationales

La DEPP développe depuis de longues années un dispositif d’évaluations sur des échantillons représentatifs d’élèves au niveau national. Il permet de confronter plusieurs « regards » sur les acquis des élèves dans la plupart des domaines d’enseignement. Un accent particulier est mis sur la mesure des évolutions dans le temps de ces acquis. Dans ce but, la DEPP construit et utilise des instruments de mesure, concrets et objectivés, des connaissances et des compétences du socle commun.
Ainsi, le cycle des évaluations disciplinaires réalisées sur échantillons (Cedre) engagé depuis 2003, est un dispositif qui envisage les compétences des élèves dans chaque domaine disciplinaire, en référence aux programmes de fin d’école et de fin de collège. La présentation des résultats permet de situer les performances des élèves sur des échelles de niveau allant de la grande difficulté à la complète maîtrise. Renouvelées tous les six ans dans les principaux domaines, ces évaluations répondent à la question de l’évolution du « niveau des élèves » au fil du temps. Elles donnent également des informations riches et détaillées sur les acquis réels des élèves, apport à la réflexion des responsables du système éducatif sur d’éventuelles inflexions des objectifs des programmes et des pratiques pédagogiques. En 2013, dans le cadre du deuxième cycle de Cedre, les sciences expérimentales seront à nouveau évaluées.

Ça c’est le volet pédagogique.

Parallèlement, des dispositifs plus légers, ciblant les élèves des plus faibles niveaux, sont mis en place pour répondre à la demande d’indicateurs de performance dans le cadre de la Lolf. Ce sont les évaluations destinées à estimer les pourcentages d’élèves maîtrisant les compétences du socle commun. Ces évaluations seront mises en place sous forme triennale à chaque palier du socle.

Et ça c’est le volet performance... finances.

Mais là où ça devient super intéressant, c’est qu’en fait les analyses et les statistiques qui sont faites, ben... elles ne sont pas "fiables", car on traite de l’humain, et donc il y a beaucoup plus de paramètres qui entrent en jeux. Lire ci-dessous :

Un travail méthodologique pour mieux comprendre les différences entre ces nombreux instruments de mesure

Si des constats communs forts se dégagent des évaluations mises en œuvre par la DEPP, elles n’aboutissent pas toutes à une conclusion ferme et univoque sur « le » niveau des élèves et son évolution. Des différences apparaissent et renvoient à la forme et au contenu de ces évaluations. La mesure des compétences, telle qu’elle est opérée à travers des tests standardisés, est un « construit ». Les aspects méthodologiques méritent donc d’être abordés, d’autant plus qu’ils relèvent d’un champ d’application de la statistique peu développé aujourd’hui en France, celui de la psychométrie.
Ces évaluations ont en commun de partager les mêmes principes méthodologiques, qu’il s’agisse de la sélection des échantillons, de la passation des épreuves, de la correction des réponses ou des techniques statistiques et psychométriques employées pour assurer la comparabilité des résultats. Elles se distinguent néanmoins sur certains aspects qui compliquent l’exercice de la synthèse, comme les dates des points de comparaison, les populations scolaires interrogées, les compétences et les connaissances visées ou encore les caractéristiques des items et des supports utilisés. Enfin, le degré de précision de ces évaluations varie selon qu’elles s’adressent plus spécifiquement aux élèves les plus faibles, ou bien à l’ensemble du continuum.

Ah ouaip, c’est fou ça... C’est pas Bourdieu qui disait déjà il y a bien longtemps quelque chose à ce sujet ? L’habitus. Qui fait que si vous êtes enfant de cadre ou enfant des classes défavorisées, ben vous avez pas les mêmes codes de compréhension de l’école, et donc de ses attentes, et donc... de ce qu’est une évaluation. Pour un élève dont le cadre de compréhension correspond aux attentes des enseignants, une évaluation sera un point de contrôle sur des acquisitions. Pas de quoi s’en faire une montagne... Pour un élève qui n’aura pas ces mêmes codes, les évaluations pourront devenir un barrage à franchir, une montagne à gravir, bref, en général une étape sur laquelle ses parents ont failli maintes fois.
À nous de comprendre cela et de surtout ne pas en faire une montagne, pour que tous et toutes puissent avoir envie de montrer ce qu’ils savent.

Au-delà du constat de ces différences, un travail méthodologique sera entrepris afin d’approfondir la réflexion sur les instruments de mesure, y compris ceux des évaluations internationales.

Ça serait une bonne chose effectivement... Si on n’est plus au XIXe siècle, alors il serait temps de s’y mettre.

Des outils pour les enseignants

La DEPP est également chargée de fournir aux enseignants des outils leur permettant d’enrichir leurs pratiques pédagogiques en évaluant mieux les acquis de leurs élèves en fin de CE1 et en fin de CM2. Il s’agit d’un dispositif transitoire en 2013 et une réflexion devra s’engager, en liaison avec la DGESCO, sur la nature de ces outils (diagnostic ou bilan) et sur leurs modalités d’utilisation.

Bon, là c’est une bonne idée, mais franchement se poser encore la question d’outils diagnostiques ou bilan, c’est franchement "has been". Si justement l’évaluation doit faire partie intégrante du processus de compréhension, on ne quitte jamais l’évaluation, pas plus qu’on ne quitte l’apprentissage. Les outils diagnostiques deviennent des outils bilan lorsqu’on décide de valider "définitivement" un savoir.
Allez, on va pas leur en vouloir, ils sont plein de bonnes intentions à la DEP. Même si un petit tour de temps à autre dans la pédagogie ne leur ferait pas de mal ;-)



Laissez un message


Laissez un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes vous ?

2 Messages de forum
  • 6035 -  À quoi servent les évals au ministère ?, 22/04/13, par ESCHENBRENNER

    Bonjour,
    Je vous félicite pour les arbres de compétences ! Vous proposez des évaluations CM2 pour les 3 trimestres et en plus on peut piocher dans les archives : BRAVO et MERCI !
    Ma question : avez-vous déjà établi des correspondances entre les compétences des évaluations nationales officielles de CM2 ET les compétences du socle commun (sous forme d’arbre ou autre) ? Si ce n’est pas le cas, ce serait une excellente idée ! Quel gain de temps ce serait pour tous les enseignants de CM2 qui peinent à compléter les LPC !
    Merci d’avance pour votre réponse !
    Cordialement,
    Anne Eschenbrenner

    Répondre

    • 6040 -  À quoi servent les évals au ministère ?, 29/04/13, par grape

      Bonjour,
      Non nous n’avons pas établi ces correspondances, car les livrets des évaluations nationales changent tous les ans et c’est donc vraiment fastidieux à faire. De plus, les formulations des compétences et les items qui leur correspondent ne sont pas toujours en phase avec les compétences indiquées dans le socle commun, ce qui reviendrait à devoir chercher pour chaque item la correspondance avec le socle commun... Si vous voulez vous lancer dans cet outil, ce sera certainement utile, pour nous, nous essayons déjà de maintenir les évaluations chaque trimestre, ce qui est un gros boulot.
      Cordialement

      Répondre

SPIP | ©1999-2013 GRAPE | Infos légales | Plan du site | Qui sommes nous ? | Nous écrire | ADMIN | Suivre la vie du site